La joie des Grenat lors de l’ouverture du score

Servette rompt la malédiction 

Cette fois-ci, c’est la bonne. Le Servette FC remporte un match de coupe contre une équipe de Super League pour la première fois depuis sa victoire aux tirs aux buts contre le FC Thoune en décembre 2005.

René Weiler nous a concocté un onze titulaire inédit pour ce 1/8es de finale de Coupe de Suisse. Il nous a offert d’abord une paire Vouilloz-Rouiller en défense centrale. Lele Diba était associé à Cognat dans l’entrejeu, tandis que Magnin et Bolla évoluaient un cran plus haut que leurs homologues Tsunemoto et Mazikou. Le duo d’attaquants était composé d’Enzo Crivelli et d’un Jérémy Guillemenot en recherche de confiance. Une sélection de joueurs surprenante puisque ce n’est pas moins de 4 latéraux de métier qui foulaient la pelouse au début du match.

Un match compliqué à maîtriser

Un très bon Dany Da Silva frustre les Grenat

Cette confrontation contre le FC Stade-Lausanne-Ouchy avait tout du match peau de banane, pourtant le Servette FC fait un bon début de rencontre. Les Grenat combinent bien sur leur côté gauche, où les triangulations entre Mazikou, Cognat et Bolla s’enchaînent. Les situations dangereuses se multiplient, mais les Servettiens manquent de précision dans le dernier geste durant la première demie-heure du match. Il faut attendre la 37e minute pour que tout se goupille parfaitement. Un bon mouvement collectif servettien aboutit sur un excellent centre de Bolla pour Crivelli qui reprend le ballon d’une tête décroisée. Il faut une très belle parade de l’excellent Dany Da Silva pour éviter l’ouverture du score servettienne.

 

Dans le coup de coin qui suit cette grosse occasion, les Grenat obtiennent un pénalty consécutif à une main du Lausannois Lucas Pos dans la surface. Crivelli prend le ballon en main et s’apprête à tirer ce pénalty avant de se raviser et de laisser à Guillemenot cet honneur. L’attaquant genevois espérait retrouver de la confiance en transformant cette grosse occasion, mais malheureusement sa tentative manque de précision et de puissance. Dany Da Silva n’en demande pas tant et détourne ce pénalty. Pas de chance pour Jérémy qui peine à trouver son rythme depuis son retour au bercail cet été. Le score reste donc à 0-0 au moment de rejoindre les vestiaires malgré une nette domination genevoise.

Une deuxième mi-temps sur un faux rythme

Si la première mi-temps penche nettement du côté gauche, la seconde période voit la majorité des occasions servettiennes venir du côté droit.

Il s’en faut de peu pour que Timothé Cognat, qui ne lésine pas sur les efforts depuis le début de la partie, soit récompensé d’un but à la 60e minute. Son solo dans la surface de réparation aboutit sur une frappe cadrée à bout portant déviée in extremis par ce diable de Da Silva. René Weiler décide ensuite de modifier quelque peu son système en faisant entrer Bédia, Stevanovic et Ondoua respectivement pour Crivelli, Magnin et Lele Diba. Un coaching gagnant puisque Bédia ouvre le score à la 72e minute en reprenant victorieusement de la tête un magnifique centre de Keigo Tsunemoto. Suite à cette ouverture du score, les Grenat lâchent un peu du lest à des Lausannois qui ne se font pas prier pour égaliser d’une somptueuse reprise de volée de l’ancien servettien Mergim Qarri. Celui-ci a parfaitement suivi un coup-franc de Mulaj à la 84e minute. 

La dangereuse épreuve des prolongations

Poussés en prolongations par un SLO coriace, les Genevois commencent à accuser le coup. L’entrée du très prometteur Ouattara ne donne malheureusement pas grand-chose offensivement et certains joueurs qui ont fourni beaucoup d’efforts, comme Cognat, Mazikou ou Bolla, ne parviennent plus à multiplier les appels. Alors que la séance de tirs aux buts semble inévitable, on peut s’attendre à voir Joël Mall remplacer Jérémy Frick, mais René Weiler fait pleinement confiance à son capitaine pour assumer cette tâche difficile. Finalement c’est Yoan Severin qui remplace un Timothé Cognat sur les rotules, juste avant la fin de la prolongation. 

Une séance pour vaincre ses démons

Le Servette FC restait sur 4 séances de tirs aux buts perdues en Coupe de Suisse: en 2006 face à Yverdon, en 2010 face au FC Bâle, en 2018 face à Lucerne et la saison dernière contre Lugano en demi-finale. Jérémy Frick n’avait lui plus arrêté de pénalty depuis le 31 janvier 2021 lors d’un derby contre le LS et il restait sur une série de 20 pénaltys encaissés. Dany Da Silva, lui, avait été le héros du SLO lors du tour précédent contre Wil, puisqu’il avait détourné 2 tentatives saint-galloises lors de la séance en plus de son duel face à Guillemenot remporté plus tôt dans la partie. Nous étions donc logiquement tendus avant d’aborder ces tirs aux buts. 

Notre capitaine Jérémy Frick remporte le tirage au sort et offre aux Servettiens la chance de tirer les pénaltys en face de son public. C’est Stevanovic qui lance parfaitement les siens dans cette séance en tirant en force du côté gauche. Liridon Mulaj s’avance face au kop servettien pour permettre aux Lausannois d’égaliser, mais Jérémy Frick détourne sa tentative. Bédia, Ajdini puis Tsunemoto marquent tous les 3 avant que Mergim Qarri ne s’avance pour tirer. Resté longtemps à l’écart des cages pour déstabiliser son adversaire, Jérémy Frick réalise dans la foulée sa 2e parade de la séance face au buteur lausannois du jour. C’est au dernier entrant Yoan Severin qu’incombe la tâche de marquer le pénalty décisif et ce dernier ne tremble pas, permettant aux Servettiens de passer en ¼ de finale. 

Stevanovic concentré avant de tirer son coup-franc

Homme du match

Bradley Mazikou a été choisi par la rédaction comme homme du match de ce 1/8es de finale de Coupe. Son implication défensive ainsi que sa participation offensive confirment sa montée en puissance ces dernières semaines.

Le moment insolite

Alors que Mergim Qarri s’avançait pour tirer son pénalty, Jérémy Frick tentait de déchiffrer les préférences du tireur inscrites sur sa gourde. Finalement il n’y est pas parvenu et a choisi d’y aller « à l’instinct ». Grand bien lui en a pris puisqu’il a détourné la tentative lausannoise.

La citation du jour

« J’ai 30 ans et 300 matchs professionels. Je n’ai pas besoin de retrouver de la confiance sur les tirs aux buts, je connais mes qualités. »

Jérémy Frick, Capitaine du Servette FC

Les chiffres de la rencontre

spectateurs présents au Stade de Genève. Cette équipe mérite mieux que ça.

9°C, la température ressentie. Il faisait au moins -8000

le nombre de jours qu’a du attendre Théo Magnin avant de rejouer en match officiel. Satanées blessures

Comme le nombre de pénaltys arrêtés par Jérémy Frick ce soir

Article rédigé par Thomas Erbrich

Publié le 2 novembre 2023 à 18h00

Article rédigé par
Thomas Erbrich

Publié le 2 novembre 2023 à 18h00

Les derniers articles

Les Zürichoises mettent fin à l’invincibilité des Servettiennes

Les Zürichoises mettent fin à l’invincibilité des Servettiennes

Le 11 de départ du match contre le FC Zürich Frauen avec la 2ème titularisation de Onyinyechi Zogg.Crédit photo : @Santhosh MuraleedharanLes Zürichoises mettent fin à l'invicibilité des Servettiennes Toutes les conditions étaient réunies samedi 13 avril, pour que les...

Servette n’y arrive toujours pas

Servette n’y arrive toujours pas

Alexis Antunes au moment d'affronter un joueur zurichoisCrédit photo : Lucarne Grenat @Nino HassaneinServette n’y arrive toujours pas A la suite de cette défaite 0-1 face à Zurich, Servette n’a toujours pas gagné un seul match depuis la reprise. 4 matchs de suite sans...