Moritz Bauer n’a pas été souvent titulaire cette saison (© Servette FC)

Bauer met son expérience et sa polyvalence au service de l’équipe

Alors que Servette va probablement battre son record d’affluence depuis la remontée en Super League, Moritz Bauer se réjouit de disputer ce véritable choc au sommet. Il explique son rôle dans l’équipe et l’intérêt de pouvoir jouer tant à droite qu’à gauche.

Vous n’êtes pas souvent titulaire cette saison, mais vous disputez malgré tout beaucoup de matchs. Comment vivez-vous votre situation actuelle?

Moritz Bauer: Evidemment que comme joueur, tu veux disputer tous les matchs et tu essaies de faire le maximum pour cela. J’ai quand même joué pas mal de rencontres cette saison et dans celles que j’ai disputées, j’ai pu apporter quelque chose à l’équipe. Ce n’est pas ma première saison ici, j’ai déjà eu des phases où j’ai beaucoup joué, d’autres moins. C’est un peu la vie d’un footballeur, c’est un sport où nous sommes 25 joueurs mais seulement 11 peuvent débuter la partie. Il faut être tranquille avec cela et apporter quelque chose à l’entraînement. J’ai aussi une certaine expérience dans ma carrière, donc j’essaie d’aider l’équipe non seulement sur le terrain, mais aussi dans le vestiaire en encadrant les jeunes joueurs. C’est à moi de créer une atmosphère positive et d’aider l’équipe quand je joue, mais aussi quand je ne joue pas. Après, comme joueur, c’est toujours plus agréable si tu commences, c’est sûr.

On vous a vu jouer tant à droite qu’à gauche. Quelle est votre poste de prédilection?

En allemand, on dit « il a deux pieds gauche », j’espère que ce n’est pas mon cas (rires). Plus sérieusement, je suis droitier. Jouer comme latéral à droite ou à gauche, c’est un peu un miroir: cela ne change pas trop de choses au niveau tactique, c’est surtout au niveau de la position du corps. Ce changement de poste a débuté à Grasshoppers, où nous n’avions vraiment pas de latéral gauche parce que tout le monde était blessé. J’ai dépanné, mais c’est comme si vous demandez à un gaucher comme Clichy de jouer à droite: il dira oui, mais il préfère clairement jouer à gauche. C’est pareil pour moi, je préfère jouer à droite.

L’avantage en jouant du « mauvais » côté, c’est aussi de pouvoir faire un crochet et revenir sur son bon pied…

Oui, c’est d’ailleurs une discussion que j’ai déjà eue dans ma carrière. Un de mes entraîneurs voulait vraiment avoir un gaucher à droite et un droitier à gauche parce qu’il jouait avec une défense à 5 et les latéraux devaient beaucoup attaquer. Ces joueurs inversés, cela a débuté avec Cristiano Ronaldo et depuis, de nombreuses équipes le pratiquent. Cela dépend aussi du système.  Inverser les latéraux, c’est une bonne idée, c’est sûr, parce que les centres vont du coup vers l’intérieur et c’est intéressant pour une déviation, mais tout dépend de l’adversaire, du système et de la tactique. Ici, nous avons pour l’instant beaucoup de succès en jouant avec un gaucher à gauche et un droitier à droite.

Geiger veut mettre la pression sur les latéraux bernois

Alain Geiger le reconnait, Young Boys n’a pas beaucoup de faiblesses et ses joueurs devront être clairvoyants pour les exploiter lorsqu’elles apparaitront durant la rencontre. Le tout avec une défense une nouvelle fois remaniée en l’absence de Steve Rouiller.

Comment anticipez-vous ce match contre YB?

Alain Geiger: Pour nous, c’est une rencontre fantastique: nous sommes 2es et nous recevons le leader. On se prépare pour un match au sommet qu’il faudra vivre avec beaucoup d’intensité. Nous avons toujours réussi nos parties face à Young Boys, nous avons toujours été dans le rythme, dans l’intensité, dans les duels. Nous sommes invaincus à la maison et nous avons réalisé un match costaud contre Lugano malgré le nul. Il faut rester dans cet état d’esprit. Nous aurons besoin d’un groupe fort techniquement, tactiquement et physiquement pour battre YB.

Est-ce qu’en battant YB, vous allez devoir revoir vos objectifs de la saison?

Nous devons faire le maximum pour battre Young Boys et ne pas les laisser s’évader au classement. Tout le monde est pour nous, y compris les autres équipes: nous avons le devoir d’éviter que les Bernois se détachent. YB n’a perdu qu’une seule fois cette année, on sait que c’est une équipe qui est forte.

Ils verticalisent et centrent beaucoup. Nous allons amener du danger sur les ailes, là où les Bernois ont des problèmes. Il n’y a pas tant d’autres stratégies pour les mettre en difficulté. Ce sera dans les duels, la circulation du ballon et la capacité à trouver les failles dans le jeu d’YB durant la rencontre. Nous devrons, tant les joueurs que le staff, sentir leurs faiblesses pendant le match. Ils n’en ont pas énormément, mais on sait qu’en mettant beaucoup de pression sur les latéraux, cela peut nous donner du jeu offensif intéressant.

 

YB avait mis une grosse pression sur la défense servettienne au match aller (© Servette FC)

« Je n’ai pas encore décidé si l’on va jouer à 5 derrière, ou avec Bauer sur les côtés ou arrière central, ou avec Monteiro » (Alain Geiger)

En l’absence de Rouiller et Séverin, pensez-vous débuter la rencontre avec 5 défenseurs?

En principe, je n’ai jamais débuté de match avec 5 défenseurs. Je l’ai peut-être pratiqué pour des causes particulières ou en cours de match, mais pas au début, donc je ne pense pas que je vais débuter avec 5 défenseurs.

Quelles autres options avez-vous pour remplacer Steve Rouiller?

J’ai beaucoup de possibilités. Naturellement, il y a toujours une priorité et des options 2, 3 et 4. Si vous n’avez pas les trois ou quatre premières options, vous allez avec la 5e. Rouiller n’est pas là, cela donne la possibilité à quelqu’un d’autre d’évoluer. Certainement que les joueurs savent ce que je veux faire, mais je n’ai pas encore décidé si l’on va jouer à 5 derrière, ou avec Bauer sur les côtés ou arrière central, ou avec Monteiro… On verra, ce sera un peu la surprise. Je prendrai la décision après l’entraînement de samedi. Il peut encore se passer des choses, surtout qu’avec les premiers froids, il peut y avoir des rhumes ou des blessures. Tout le monde chez nous est disponible. Ce sera le meilleur choix et une bonne surprise, quoi qu’il arrivera avec le onze de départ.

Quel contingent avez-vous à disposition pour ce match ?

Rouiller est suspendu, tandis que Bédia, Crivelli, Séverin et Behrami sont blessés. Sawadogo a terminé de purger sa suspension, il va pouvoir recommencer à jouer au football avec les M21. Crivelli est out jusqu’en janvier, il a la même blessure à la cheville que Séverin.

Article rédigé par Bastien Trottet

Publié le 4 novembre 2022 à 17h20

Article rédigé par
Bastien Trottet

Publié le 4 novembre 2022 à 17h20

Les derniers articles

Les Servettiens à la Coupe du monde

Les Servettiens à la Coupe du monde

Christophe Ohrel en marge du 8e de finale de la Coupe du monde 1994 face à l'EspagneLes Servettiens à la Coupe du monde En cette période de Mondial au Qatar, Lucarne Grenat a voulu faire un petit tour d'horizon des Grenat ayant foulé une pelouse de Coupe du monde...

Servette à la peine face à la lanterne rouge

Servette à la peine face à la lanterne rouge

Soirée difficile pour le portier genevois, car malgré de belles parades, la défense grenat descend au 3ème rang derrière le FC BâleServette à la peine face à la lanterne rouge Il y avait une belle opportunité pour Servette de finir cette année 2022 sur une bonne note,...

Servette souffre mais élimine Wohlen

Servette souffre mais élimine Wohlen

La frappe de Patrick Pflücke passe juste à côté.Servette souffre mais élimine Wohlen En ce mercredi pluvieux, le Servette FC se déplacaient au Niedermatten de Wohlen pour y affronter l’équipe locale lors des 1/8èmes de finale de Coupe de Suisse. Un match qui va...